cimetière saint pierreMadame Timsit devait être inhumée auprès de son mari dans le carré juif du cimetière Saint-Pierre à Marseille. Or, celle-ci repose désormais auprès d’une inconnue en raison d’un conflit financier.

Rappel des faits

La famille a acquis un caveau de quatre places. Celui-ci devait être agrandi avec une place en plus. Ces travaux ont fait l’objet d’un accord amical afin de réparer le préjudice subi après le retard accumulé lors de la construction du caveau. Selon la famille, le lieu avait été en plus abimé suite à la chute d’un arbre. Les travaux de réparation ont mis des mois avant d’être effectués.

La veille de l’inhumation, la famille va au Consistoire afin de s’occuper des dernières démarches administratives. Une fois sur place, elle apprend qu’elle doit payer une somme de 7000 euros si elle veut obtenir une place pour Madame Timsit alors qu’elle pensait ne payer que 1010 euros. Après avoir obtenu l’aide du Rabbin, le Consistoire les contacte le jour suivant pour leur demander de payer de nouveau.

La justice tranchera

Finalement, la cérémonie n’a pas eu lieu comme l’aurait souhaité la famille et ce sont les services de la ville de Marseille qui se sont chargés du transport situé dans un autre caveau.

Le Grand Rabbin nie toute erreur de leur part. Il affirme que le Consistoire ne s’est pas engagé à faire des travaux pour agrandir le caveau. De plus, il dit que l’extension était possible à condition que la date de l’inhumation soit déplacée. Ce qui aurait été refusé par la famille. Par ailleurs, l’installation de Madame Timsit dans un autre caveau était la seule solution en attendant que le caveau dispose d’une place supplémentaire.

La famille de la défunte a dépose plainte pour escroquerie.