Destination des cendres après crémation : Zoom sur les options et les règles qui existent

« Le respect dû au corps humain ne cesse pas avec la mort. Les restes des personnes décédées, y compris les cendres de celles dont le corps a donné lieu à crémation, doivent être traités avec respect, dignité et décence “. Cette loi datant du 19 décembre 2008 (article 16) confirme que les corps inhumés et les cendres des défunts après crémation profitent de la même protection juridique.

Pour être plus précis, les cendres doivent être respectées aussi bien que les corps des défunts. Les familles sont donc obligées de suivre certaines règles en ce qui concerne la destination des cendres de leur être cher. Auparavant, la conservation de l’urne dans un logement et le partage des cendres entre les proches étaient même possibles. Ce qui n’est plus le cas depuis que cette loi est apparue. Les proches peuvent choisir entre conserver l’urne ou disperser les cendres dans des endroits appropriés, ce que nous allons voir ci-après.

La conservation des cendres dans une urne

Pour conserver les cendres du défunt, on utilise une urne cinéraire avec une plaque contenant son identité et celui du lieu de la crémation. La conservation de l’urne peut se faire dans différents lieux : dans un columbarium (un espace aménagé pour accueillir les urnes dans les cimetières), dans un caveau ou cavurne, dans une propriété privée à condition de posséder une autorisation et de ne pas la placer à l’intérieur d’un logement. Il est également possible de sceller l’urne sur un monument funéraire (dans un site cinéraire ou dans les cimetières).

En cas de conservation dans une propriété privée, veillez à ne pas répandre les cendres dans un jardin.

Une urne cinéraire peut également être envoyée à l’étranger. Pour cela, vous devez vous informer sur les documents nécessaires à l’envoi en le déclarant auprès du consulat ou l’ambassade du pays concerné. Une autorisation du préfet du département du lieu de votre résidence ou du lieu de crémation est également indispensable. Notez que l’envoi de l’urne dans un pays étranger peut se faire par tous les moyens de transport.

Dispersion des cendres

La dispersion est la deuxième méthode autorisée pour la destination des cendres. Néanmoins, il existe des règles à suivre et des lieux autorisés pour le faire.

Les familles peuvent disperser les cendres en pleine mer. Pour cela, elles doivent avoir une autorisation du maire de la commune du départ du bateau. Il faut également veiller à ne pas répandre les cendres dans les cours d’eau interdits par certaines communes.

La dispersion des cendres peut également se faire dans un milieu naturel (montagne, foret…). Mais pour le faire, il faut disposer d’une autorisation du maire de la commune du lieu de naissance de la personne décédée.

Enfin, les cimetières et certains crématoriums proposent généralement un jardin du souvenir ou un site cinéraire permettant de disperser les cendres. Souvent, il est possible de déposer une plaque d’identité dans ces lieux pour créer un lieu de recueil et de souvenir du défunt.

Notez qu’il est interdit de répandre les cendres sur une voie publique ou un lieu public (même une petite partie).

Actuellement, il existe de nombreuses alternatives écologiques à l’enterrement classique et la crémation. Poussés par la nécessité de respecter la nature ou refusant de penser que la mort est la fin, nombreux entrepreneurs ont mis au point des techniques écologiques, révolutionnaires et durables. Ces pratiques ne sont pas encore homologuées dans les pays Européens mais commencent à avoir du succès dans certains pays étrangers. Voici quelques exemples :

La promession

Il s’agit d’une pratique suédoise qui est toujours non autorisée en Europe. Elle permet d’utiliser le corps du défunt pour faire pousser un arbre. Un excellent moyen de justifier que la fin d’une vie peut être le début d’une autre. L’idée est de refroidir le corps du défunt pour qu’il soit facilement cassable. Pour cela, la dépouille est placée dans un lieu à -18° durant 10 jours avant d’être introduite dans de l’azote liquide. Une table vibrante permet ensuite de transformer le corps refroidi à -196° en particules fines. Pour obtenir une poudre sans résidus, un puissant aimant est utilisé afin de récupérer les restes de métaux. Une urne biologique et biodégradable est utilisée pour récupérer la poudre après le procédé. Après plusieurs mois de conservation, celle-ci devient un engrais utile pour faire grandir un arbre. Contrairement à l’incinération, ce procédé ne laisse échapper aucune vapeur toxique et s’avère donc plus écologique.

L’aquamation

Contrairement à la crémation et la promession, ce procédé permet de transformer le corps du défunt en liquide. Un mélange chimique est alors utilisé afin de favoriser la liquéfaction des tissus. Après un bout de temps, on obtient un liquide très riche qui peut servir de fertilisant pour une plante. Cette technique intéresse de nombreux pays américains en ce moment bien qu’elle soit encore non pratiquée en Europe. Les gaz toxiques qui s’échappent lors de ce procédé sont réduit à moins d’un tiers comparé à la crémation.

Devenez un arbre

L’idée vient de deux designers italiens soucieux de l’environnent dans les cimetières. La réalisation de cette pratique requiert l’usage d’un cercueil biologique et biodégradable à la différence de l’inhumation qui nécessite un cercueil plombé. Une graine doit être plantée avant la mise sous terre du cercueil dans lequel le corps du défunt est placé. La graine s’alimentera alors des nutriments qui dégagent du corps pour s’accroître.

Il est également possible de se servir d’une urne biologique et biodégradable pour faire pousser un arbre. Nommée Urn Bios, celle-ci contient un terreau renfermant une graine d’arbre, en plus des cendres du défunt. Après sa mise sous terre, l’association des cendres et de terreau constituera un engrais pour nourrir la graine. Cette technique devrait permettre de repeupler les cimetières d’arbres de vie.

Réincarnez-vous en œuvre d’art

Une idée originale, certes, mais permet de laisser un souvenir durable aux proches endeuillés. Ce service est proposé par Dave Black grâce à son entreprise Spirit Pieces. Après la mort de sa regrettée grand-mère, il s’est rendu compte que l’enterrement et la crémation ne sont des pratiques permettant de laisser un souvenir digne de l’être cher. Il a décidé d’immortaliser les cendres du défunt dans du verre afin de créer un œuvre d’art unique. Pour le faire, il a pris contact avec des maîtres vitriers.

Transformez-vous un récif marin ?

Des entrepreneurs américains ont décidé de participer à la conservation de l’environnement sous-marin après avoir constaté la détérioration du récif corallien en Floride. Pour cela, ils ont eu l’idée de concevoir des récifs artificiels avec du béton écologique. Appelés Reef Balls, ces derniers permettront à la vie sous-marine de s’y accrocher sur les structures.

Pour rendre ce procédé en une pratique funéraire écologique, ils prennent une partie des cendres après crémation pour les mélanger au béton. Ce qui permet de procurer un sens à la disparition de l’être cher. Lors de la conception des moules, les familles sont invitées à participer en apposant des ornements (coquillages, messages, empreintes,…). C’est au cours d’une cérémonie commémorative organisée sur la plage que les récifs artificiels sont plongés dans la mer.

Devenez éternel grâce aux diamants

Saviez-vous qu’il est possible de devenir un diamant après votre mort. Cette technique est offerte par plusieurs entreprises américaines, comme LifeGem. Elle utilise les cendres récupérées après la crémation afin de concevoir une pierre précieuse, se déclinant en plusieurs coloris. Celle-ci sera certifiée et fera un bon souvenir pour les proches qui restent. En cas d’inhumation, les experts peuvent aussi réaliser la même technique avec une mèche de cheveux.

Mélomane pour l’éternité?

Grâce à sa société And Vinyly, Jason Leach, un musicien anglais, se sert des cendres des personnes défuntes pour concevoir un vinyle. Les proches endeuillés sont autorisés à procéder à l’enregistrement de morceaux sur ce dernier (hors musique protégée par les droits d’auteurs) en souvenir de leur être cher. Ce procédé n’était qu’une simple passion pour ce musicien avant de devenir un business florissant.

Tutoyez les étoiles

Une technique qui n’est pas réellement écologique, mais devra permettre de réaliser des souhaits. Cette prestation est offerte par Celestis qui propose plusieurs possibilités : faire un aller-retour dans l’espace, voyager sur la lune, conserver des cendres dans un satellite géolocalisable ou répandre les cendres dans l’espace.